La Syrie et la sanctification du mal.

Des rabbins américains exhortent le Congrès à soutenir Obama sur la Syrie

Mounadil al Djazaïri


"Nous ne devons pas céder devant l'esprit munichois"

Samedi 7 septembre 2013

Dans l'affaire syrienne, le moins qu'on puisse dire est que les sionistes ont longtemps fait profil bas, parvenant à berner leur monde (dont votre serviteur pendant un temps, je dois l'admettre).

Mais depuis qu'ils ont clairement fait le choix de liquider le régime syrien en place, ils font feu de tout bois et on a par exemple pu voir Bernard-Botul-Henri Lévy monter au créneau aussi bien en France qu'aux Etats Unis.

C'est la France qu'ont choisi les sionistes comme instrument pour parvenir à leurs fins. D'abord avec le redoutable Alain Juppé, droit dans ses bottes sauf devant les groupes de pression sionistes devant lesquels il se met au garde à vous.

Puis avec l'inconséquent François Hollande qui ânonne une politique syrienne dont il n'est manifestement pas l'auteur, pas même le co-auteur.Un président de la république prêt à s'humilier et à humilier son pays et ce qu'il compte encore de gaullistes pour satisfaire aux désirs guerriers des sionistes qui sont ses amis et qu'il fréquente depuis de longues années durant au sein de l'Internationale Socialiste et du parti Socialiste français lui-même.

Comme je l'ai dit, le loup est sorti du bois pour la simple raison que ni les apprentis criminels [de guerre] Jean-Marc Ayrault ou François Hollande, pas plus que David Cameron en Grande Bretagne ou Barack Obama n'ont réussi à persuader leurs «alliés» et encore moins leurs opinions publiques de la nécessité et de la pertinence d'une intervention militaire en Syrie.

Les déconvenues et les horreurs de l'Irak, de l'Afghanistan et de la Libye sont encore bien sûr dans toutes les mémoires, tout comme les actions de propagande qui les ont précédées.

Justement, une des méthodes de la propagande sioniste ou inspirée par les sionistes, consiste à assimiler l'ennemi du moment à Hitler et la situation historique à la période qui a précédé. C'est ainsi qu'on a pu entendre récemment Harlem Désir, ex président de SOS Racisme et actuel premier secrétaire du Parti Socialiste dénoncer l'esprit munichois de l'UMP le fait qu'il a tenu ce propos sur Radio J, J comme juive, n'est bien sûr pas indifférent).

Ces références à la période nazie, qu'on a l'habitude d'entendre dans la bouche de Bernard-Botul-Henri Lévy et de Benjamin Netanyahou sont reprises désormais en écho par certains Arabes qui appellent de leurs vux des bombardements de la Syrie par les armées occidentales !

On voit dans quel état de confusion mentale sont ces gens.

Par contre, ces rabbins qui appellent le Congrès des Etats Unis à voter en faveur d'une action militaire contre la Syrie sont parfaitement dans leur rôle d'hommes d'une religion de paix comme chacun sait. Et ils utilisent le vocabulaire dont ils sont coutumiers de sorte à attiser la pleurniche avant de déclencher la boucherie. Ils ont même pris soin de faire en sorte que leur courrier aux élus arrive entre deux fêtes juives, celle du nouvel an et celle de Yom Kippour. Si c'est pas du vice, qu'est-ce que c'est?

Avec eux, on est vraiment dans la sanctification du mal.

Des rabbins américains exhortent le Congrès à soutenir Obama sur la Syrie

Une lettre envoyée aux parlementaires à la veille de Rosh Hashanah appelle à une action militaire pour aider à sauver des milliers de vies.

Par JTA, Times of Israel, 5 septembre 2013 traduit de l'anglais par Djazaïri

D'éminents rabbins couvrant l'ensemble du spectre religieux et politique ont exhorté les élus au Congrès à soutenir le plan du président Obama de bombarder la Syrie pour l'empêcher d'utiliser des armes chimiques.

«Nous vous écrivons en tant que descendants de survivants et de réfugiés de l'holocauste , dont les ancêtres sont morts asphyxiés par les gaz dans les camps de concentration,» explique la lettre envoyée mercredi, veille de Rosh Hashanah. «Nous vous écrivons en tant que peuple qui a subi la persécution pendant de nombreux siècles et qui est heureux d'avoir trouvé un refuge sûr aux Etats Unis où nous pouvons prospérer.»

Les 17 signataires comprennent le rabbin Eric Yoffie , ancien président de l'Union for Reform Judaism, le rabbin Yosef Blau, président de la Yeshiva University  ; des dirigeants du mouvement [religieux] Conservateur et des essayistes comme Leon Wieseltier et le rabbin Joseph Telushkin.

Ils appellent le Congrès à autoriser de toute urgence le président à user de la force en Syrie, en relation avec l'utilisation d'armes chimiques ou d'autres armes de destruction massive' ainsi que l'a souligné le projet de loi du 31 août.

Par cet acte, le Congrès a la capacité de sauver des milliers de vies, affirme la lettre.

Les auteurs notent que le moment d'arrivée de la lettre [aux destinataires] se situe avant les Jours Redoutables et entre Rosh Hashanah et Yom Kippour.

«Puisse l'année à venir être une année de vie et de création pour le monde et dans laquelle nous cesserons d'assister à la mort de tant d'êtres humains innocents,» peut-on lire.

 

 

Notre site