Vaccination: le professeur Joyeux va
faire appel de sa radiation

Le 12 juillet 2016

Le cancérologue Henri Joyeux, radié de l'Ordre des médecins pour sa mise en cause de vaccins pédiatriques, va faire appel de cette décision.

Le cancérologue Henri Joyeux, radié de l'Ordre des médecins pour sa mise en cause de vaccins pédiatriques, va faire appel de cette décision.


« Il est évident que je vais faire appel et l'appel est suspensif. Je continuerai à consulter, à conseiller ». Le professeur Henri Joyeux, à l'origine d'une pétition controversée sur les dangers de certaines vaccinations, va faire appel de sa radiation de l'Ordre des médecins.


« Cette décision vient directement du ministère de la Santé et du Conseil de l'Ordre national qui cherche à me faire taire mais ils n'y arriveront pas », a déclaré ce mardi matin le cancérologue montpelliérain sur RTL, ajoutant que « c'est simplement chercher à faire taire quelqu'un qui ne se met pas à genoux devant le Haut Conseil de la Santé qui est lui-même, manipulé par les laboratoires pharmaceutiques ».


Dimanche, le site d'information spécialisé dans la médecine et les politiques de santé apmnews.com avait révélé la décision, rendue par la chambre disciplinaire ordinale de première instance du Languedoc-Roussillon, de le radier à compter du 1er décembre.

En juin 2015, une plainte avait été déposée à son encontre par le Conseil national de l'Ordre des médecins, pour la mise en ligne d'une pétition signée par plus d'un million de personnes contre l'usage du vaccin hexavalent DTPolio-Hib-Coqueluche-Hépatite B, appelé Infanrix Hexa. La pétition, adressée à la ministre de la santé Marisol Touraine, met en garde sur la présence d' « aluminium et de formaldéhyde, deux substances dangereuses voire très dangereuses pour l'humain et en particulier le nourrisson » selon le professeur.

« Je ne suis pas contre les vaccins, je suis contre les abus de vaccinations», a réagi mardi le professeur Joyeux. D'après lui, depuis septembre 2014, le recours à l'Infanrix Hexa serait généralisé car « la situation s'est encore aggravée avec une pénurie généralisée de vaccins tétravalents (DTpolio-Coqueluche) et pentavalents (DTPolio-Hib-Coqueluche) ».


Marisol Touraine

Bien qu'elle ait fustigé en mai 2015 l'initiative du professeur Joyeux, la ministre de la Santé Marisol Touraine avait elle-même déploré en janvier une « situation préoccupante s'agissant de l'approvisionnement de certains vaccins essentiels ». Les fabricants de vaccins et le syndicat de l'industrie pharmaceutique (Leem) avaient alors pris des « engagements » pour lutter contre ces pénuries.

Source: 'Le Parisien'

Notre site/Home page