Outreau: la parole aux enfants.

Au moment où l'affaire d'Outreau refait surface avec la mise en examen de Franck LAVIER pour viol sur sa fille Cassandra, nous revenons sur un des aspects les plus scandaleux de ce dossier de pédocriminalité d''Etat: le gommage de la parole des enfants. Douze enfants ont été reconnus victimes dans l'affaire d'Outreau. Le grand public sait que les quatre enfants des deux principaux condamnés Myriam BADAOUI et Thierry DELAY, étaient victimes de sévices sexuels et de prostitution aux mains de leurs indignes parents. Il s'agit de Chérif DELAY, Dimitri DELAY, Jonathan DELAY et Dylan DELAY. Huit autres victimes reconnues ont été plus ou moins passées sous silence par les médias. Il s'agit ici d'Aurore BEAUMONT, Corentin DELPLANQUE, Malvina DELPLANQUE, Freddy GRISET, Amanda LAVIER, David PARENT, Jean-Marie RINGOT et Julien RINGOT. Parmi les enfants martyrs qui n'ont pas été reconnues victimes en Cour d'assises les cas les plus flagrants concernaient Anthony BRUNET, Cassandra LAVIER, François-Xavier MARECAUX et Maxime SAISON. Nous publions ci-après les principaux éléments des expertises faites en juin 2004 sur ces huit victimes de l'ombre ainsi que celles des quatre autres enfants victimes mentionnées ici mais pas encore reconnues par la justice française. L'objet de cette publication est de démontrer le sérieux des experts commis par la Cour d'Assises de ST OMER en juin 2004, puis de donner enfin la parole aux enfants victimes alors que celle-ci a été systématiquement étouffée par les médias complices de ces crimes commis dans le tristement célèbre Pas-de-Calais. Nous opposons aux grossièretés et effets de manches d'un Eric DUPOND-MORETTI agresseur en prétoire de petits enfants violés et humiliés, les analyses réfléchies d'Aude COUSAERT (psychologue clinicienne), de Charlotte TRINELLE (psychologue clinicienne des hôpitaux), de Paul MESSERSCHMITT (pédopsychiatre), de Christine CONDAMIN (docteur en psychologie) et d'Annie SANCTORUM, (psychologue clinicienne). Tous fous ? Tous complices d'enfants menteurs ? Au lecteur de juger de quel côté de la barre se trouve la vérité judiciaire.

Aurore BEAUMONT (née le 18/03/93), 11 ans : « Le viol, c'est déshabiller des personnes, rentrer son sexe dans le devant, il (NB= Franck LAVIER, son beau-père) le rentrait juste au bord, je ne peux pas savoir combien de fois, beaucoup, pas qu'une fois, il y avait du liquide blanc sur lui. J'ai simplement dit que mes parents m'ont frappée, qu'ils m'ont fait des violences physiques et sexuelles, pour les autres je ne sais pas. J'ai peur de raconter ce qu'ils m'ont fait, pour que quelqu'un ne me croie pas et que je retourne chez mes parents. »

Corentin DELPLANQUE (né le 08/11/96), 7 ans et demi : « Quand j'allais chez mon père … des choses (silence lourd, il reste prostré sur son fauteuil) … je m'en rappelle plus (s'emmure dans son silence). Il m'a fait des choses pas bien. »  

Malvina DELPLANQUE (née le 30/12/94), 9 ans et demi : « On allait chez Myriam (NB = Myriam BADAOUI), là-bas on regardait des films d'horreur (soupir). Mon père a fait du mal aux enfants. Je m'en souviens plus parce que cela fait longtemps qu'on est plus avec mon père. »

Freddy GRISET (né le 18/07/87), 16 ans et 11 mois : « J'y pense souvent le soir, j'en ai parlé un peu avec ma sœur, pas avec ma mère, pas avec mes parents. J'en parle avec mon directeur, j'ai pu parler avec un psychologue. J'ai peur, on pourrait me faire du mal si Thierry sort de prison. Qu'on me frappe, tout ça, j'ai peur. »

Amanda LAVIER (née le 30/07/96), 7 ans et 10 mois : « J'avais peur de mon père, il était très méchant, maman aurait dû appeler la police, je ne veux plus les revoir. Franck, il me faisait sucer son zizi devant maman, chez moi avant, dans un appartement où il y a la salle à manger, il le faisait tous les jours. Il y avait aussi ses copains, David DELPLANQUE, il y avait aussi Jean-Marc (COUVELARD), un handicapé. Il y avait le père d'Aurore, et puis le père de Jonathan. J'étais la seule enfant. Je sais qu'ils faisaient mal aussi à ma petite sœur et à mon petit frère. Maman, elle me regardait. »  

David PARENT (né le 11/11/94), 9 ans et demi : « Mr DELAY a mis son zizi dans mon derrière et dans ma bouche, Dominique (WIEL) a fait pareil et en plus des objets dans le derrière, Mme DELAY a mis mon zizi dans sa foufoune (il sourit), Jean-Marc (COUVELARD) a mis son zizi dans mon derrière et il a mis mon zizi dans son derrière, c'est un handicapé. Eux, ils rigolaient, ils avaient envie, nous, on rigolait pas ; ils nous mettaient un truc sur la bouche, comme un sparadrap. Je voudrais les punir, qu'ils restent en prison jusqu'à leur mort, qu'ils vieillissent en prison.»  

Jean-Marie RINGOT (né le 23/03/89), 15 ans : « C'est la pire chose de ma vie. Je ne pourrai jamais oublier. Quand j'ai parlé, on m'a traité de menteur, les avocats, qu'ils défendent chacun son accusé, mais pour nous c'est un manque de respect. Comment on pourrait inventer une histoire comme ça ? »

Julien RINGOT (né le 10/09/93), 10 ans et demi : « C'était méchant, ils faisaient du mal en frappant, et avec le sexe. »

Anthony BRUNET (né le 01/06/96), 8 ans : « Quand je suis dans un bateau, j'ai envie de plonger dans l'eau. Je ne sais pas ce que c'est une famille. »

Cassandra LAVIER (née le 03/09/99), 4 ans et 9 mois : « Tata est ma maman de cœur ».

François-Xavier MARECAUX (né le 30/04/92), 12 ans : « Mon père a fait des bêtises. Il me touchait et tout ça … le soir dans mon lit … ça me plaisait pas … il avait balancé tous mes vêtements … il s'amusait avec mon … mais ça, c'était souvent … c'était pas un jeu ».

Maxime SAISON (né le 10/06/93), 11 ans : « y'a quelqu'un là avec ses pieds et derrière encore quelqu'un, on voit les jambes et les pieds. C'est deux hommes. »

Publié par le Parti Radical de France, le 22 août 2016.

Notre site/Home page