Mattis contre Trump

par Thierry Meyssan

Alors que les médias traitent les primaires US comme une compétition entre Trump et Cruz d'un côté, Clinton et Sanders de l'autre, toute une machine est en train de se former pour faire barrage au promoteur immobilier qui menace les intérêts de la classe dirigeante WASP. Thierry Meyssan expose ici ce qui est en jeu et dont personne ne parle publiquement pour le moment.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 3 mai 2016

JPEG - 43.3 ko

Les primaires états-uniennes qui devaient être la préparation d'un affrontement entre Républicains et Démocrates ont progressivement dérivé pour devenir une compétition pour le contrôle du Parti républicain.

Alors que, chez les Démocrates, le duel entre Hillary Clinton et Bernie Sanders se résume à celui de l'expérience au service des riches contre l'idéalisme au service du plus grand nombre, toute l'attention s'est focalisée sur le combat opposant chez les Républicains Donald Trump et Ted Cruz.

Cruz est un pur produit d'une agence militaire privée d'« opérations psychologiques ». En matière de politique étrangère, il s'est entouré d'une équipe composée de personnes formées durant la Guerre froide autour du sénateur Henry Scoop Jackson, hystériquement anti-soviétiques. Il a pris des positions contre toute forme de limitation juridique de la puissance états-unienne, donc contre le principe même du droit international.

Jusqu'à la semaine dernière, on ignorait les positions de Donald Trump . Tout au plus l'avait-on vu tenir des propos contradictoires sur la question israélienne. Il a vivement dénoncé le parti pris pro-israélien des administrations successives, s'est déclaré neutre face au conflit israélo-palestinien, puis est allé tenir une profession de foi ultra-sioniste devant l'AIPAC.

En définitive, Trump a été invité la semaine dernière par The National Interest à prononcer son premier discours de politique étrangère. Cette revue est issue du Nixon Center regroupant les survivants de l'équipe d'Henry Kissinger. À la surprise générale —mais probablement pas à celle des organisateurs—, « le » Donald n'a pas égrené de positions sur divers sujets, visant à satisfaire tel ou tel lobby, mais a décliné une véritable analyse de la politique états-unienne et décrit sa complète refonte.

Selon lui, c'est une erreur fondamentale que d'avoir tenté d'exporter par la force le modèle démocratique occidental à des peuples qui n'y avaient aucun intérêt. Il s'est donc livré à une critique de l'idéologie néo-conservatrice , au pouvoir depuis le coup d'État du 11 septembre 2001. Dès lors, on comprend mieux pourquoi la scène avait été organisée par les amis d'Henry Kissinger, partisans du « réalisme » politique ( realpolitik ) et boucs-émissaires des néo-conservateurs .

Après avoir dénoncé les gigantesques dégâts humains et économiques, pour les pays concernés autant que pour les États-Unis eux-mêmes, il a embrayé sur une attaque indirecte du « complexe militaro-industriel », mettant en cause le trop d'armes en général dans le monde. Personne ne s'y est trompé : pour la première fois depuis l'assassinat de John Kennedy, un candidat à la présidence dénonçait la toute-puissance des fabricants d'armes qui ont phagocyté la presque totalité de l'industrie US.

Il peut paraître surprenant de prendre ainsi le taureau par les cornes devant les amis d'Henry Kissinger qui contribua plus que d'autres au développement de ce complexe. Cependant, l'histoire récente des États-Unis explique ce retournement. Tous ceux qui ont combattu le complexe militaro-industriel ont été bridés ou éliminés : John Kennedy fut assassiné lorsqu'il s'opposa à la guerre contre Cuba ; Richard Nixon fut éliminé par l'affaire du Watergate lorsqu'il conclut la paix au Vietnam et mena la détente avec la Chine ; Bill Clinton fut paralysé par l'affaire Lewinsky lorsqu'il tenta de s'opposer au réarmement et à la guerre au Kosovo.

Avec un certains sens de la provocation, Donald Trump a placé son projet de nouvelle politique étrangère sous le slogan «  America First », par référence à l'association homonyme d'avant la Seconde Guerre mondiale. Ce groupe est resté dans les mémoires comme un lobby nazi tentant d'empêcher le « pays de la liberté » de voler au secours des Britanniques attaqués par les génocidaires des juifs. En réalité, «  America First », qui a effectivement été détourné de sa mission par l'extrême droite US, était originellement une vaste association, créée par des Quakers, dénonçant la Guerre mondiale comme un affrontement entre puissances impérialistes et refusant à ce titre de s'y impliquer.

C'est de manière mensongère que ses adversaires présentent donc Donald Trump . Celui-ci n'est absolument pas un isolationniste comme Ron Paul, mais bien un réaliste.

Donald Trump n'était pas jusqu'ici un politicien, mais un promoteur immobilier, un commerçant et un présentateur de télévision. Cette absence de passé politique lui permet d'envisager l'avenir de manière complètement nouvelle sans être lié par aucun engagement antérieur. C'est un dealmaker comme l'Europe en a connu avec Bernard Tapie en France et Silvio Berlusconi en Italie. Deux hommes qui, non sans défaut, ont renouvelé l'exercice du pouvoir dans leur propre pays en bousculant les classes dirigeantes.

Pour faire barrage à Donald Trump, le Parti républicain a organisé une alliance entre Ted Cruz et le dernier autre candidat en lice, l'ancien présentateur de télévision John Kasich . Tous deux ont accepté de renoncer à la présidence et de s'allier pour empêcher Trump d'obtenir la majorité absolue des délégués à la Convention. De la sorte, le Parti pourra proposer lors de sa convention un nouveau candidat, jusqu'ici inconnu du public.

D'ores et déjà des sondages d'opinions confidentiels sont réalisés, des fonds sont collectés, une équipe de campagne a été constituée autour du général James Mattis , bien que celui-ci jure la main sur le cœur ne pas envisager de carrière politique. Cependant, à l'évidence, l'ancien patron du CentCom se verrait bien en nouvel Eisenhower. En effet, en 1952, le « vainqueur » de la Seconde Guerre mondiale n'avait pas participé aux primaires car il était encore commandant des Forces en Europe. Il s'était glissé dans la compétition presque à la fin et avait été massivement désigné par la Convention du Parti républicain pour le représenter.

Le général Mattis est réputé être un intellectuel. Il a collectionné une vaste et célèbre bibliothèque privée de stratégie militaire, mais semble ne s'être intéressé à l'Histoire que sous cet angle. Aujourd'hui chercheur à la Hoover Institution (université de Stanford ), il est venu à Washington mener des consultations et a donné une conférence au CSIS. Ce think -tank, traditionnellement proche de l'industrie pétrolière est aujourd'hui principalement financé par l'Arabie saoudite.

Après avoir annoncé un avenir « horrible » pour le Proche-Orient, le « moine-soldat » (selon le surnom que lui ont donné ses subordonnés) s'est appliqué à dénoncer le péril de la Révolution iranienne et à appeler à la guerre contre elle. Ce faisant, il reprenait à son compte le programme auquel George W. Bush et Dick Cheney furent contraints de renoncer devant la fronde de leurs autres généraux.

De facto, l'affrontement qui se dessine oppose d'un côté les partisans de la realpolitik d'Henry Kissinger, attachés aux principes de la Paix de Westphalie, c'est-à-dire à un ordre international fondé sur des États-Nations, aux partisans de la démocratisation globale des néo-conservateurs, c'est-à-dire à la destruction des identités nationales et à l'imposition d'un régime universel de gouvernance. En un mot, c'est la vision de Richard Nixon contre celle des putchistes du 11-Septembre.

À retenir  :
- Donald Trump, candidat à la présidence US, veut limiter la puissance du complexe militaro-industriel. Il reprend le flambeau de John Kennedy (assassiné), de Richard Nixon (Watergate) et de Bill Clinton (Lewinsky).
- Selon Trump, il est néfaste pour les États-Unis et pour les peuples étrangers de tenter d'exporter par la force le modèle démocratique occidental qui ne correspond pas à leurs aspirations.
- Le complexe militaro-industriel prépare la candidature du général James Mattis et une guerre contre la Révolution iranienne.

Source : Al-Watan (Syrie)

Notre site/Home page