Alain de Benoist: Présidentielle - 
«Vous aimez la mondialisation?
Votez Macron !»

Le 19 mars 2017

La liste définitive des candidats à l'élection présidentielle est maintenant connue. Cette échéance électorale, qui aura été d'un cru inédit, a déjà provoqué une foule de commentaires, notamment sur Boulevard Voltaire. Quels sont les vôtres?

Je ne m'intéresse pas aux commentaires, toujours superficiels et ennuyeux quand ils se bornent à dire pourquoi l'on aime ou non tel ou tel candidat, mais seulement aux analyses, qui permettent de comprendre le sens de ce que l'on voit. Quand vous dites que cette élection, qui fut effectivement riche en coups de théâtre et en rebondissements, aura été d'un cru inédit, vous êtes encore en dessous de la réalité. Non seulement elle ne ressemble à aucune autre, mais elle marque un véritable tournant historique, car elle va de pair avec une totale restructuration du paysage politique, du fait de l'effondrement programmé des deux grands partis de gouvernement qui ont eu le monopole de l'« alternance » en France depuis plus de quarante ans – mais qui se trouvent maintenant l'un et l'autre menacés de ne pas passer le cap du premier tour.

Les primaires, que la classe politique a commis l'imprudence d'emprunter au système politique américain, ont joué un rôle d'accélérateur en provoquant des fractures et en révélant des haines inexpiables qui sont en passe de désagréger les deux ex-grands partis. Elles ont vu deux candidats atypiques, François Fillon et le « frondeur » Benoît Hamon , l'emporter au détriment des favoris (Sarkozy et Juppé, Valls et Montebourg). Coincé entre Mélenchon et Macron , Hamon est incapable de rassembler son camp. Il en va de même de Fillon, coincé de manière symétrique entre Marine Le Pen et Macron . Résultat : les plus libéraux des dirigeants du PS partent par pleines charrettes rejoindre la start-up de l'ectoplasme macronien , et il en va de même des centristes qui ne se reconnaissent pas plus dans le programme de Fillon que Valls et Hollande ne se reconnaissent dans celui de Hamon.

On assiste donc à une nouvelle polarisation, qui ne se situe plus sur l'axe horizontal gauche-droite, mais sur l'axe vertical « ceux d'en bas » contre « ceux d'en haut » : le peuple contre les oligarques. C'est le schéma populiste par excellence, qui s'est déjà imposé dans plusieurs autres pays : la montée de SYRIZA a tué le PASOK, l'élection présidentielle autrichienne a opposé un populiste et un écologiste, le Brexit a créé un clivage transversal chez les conservateurs comme chez les travaillistes, le parti social-démocrate hollandais vient de s'effondrer, etc. La France est aujourd'hui en passe de rejoindre ce schéma. C'est la fin de la V e République telle que nous l'avons connue.

Le phénomène Macron , que personne n'avait prévu, a aujourd'hui visiblement l'appui des principaux médias.

Quel sens faut-il lui donner ? Et quid de l'étonnant ralliement de François Bayrou ?

Macron est en train de réaliser un regroupement qui peut paraître surréaliste – d'Alain Madelin à Robert Hue –, mais qui ne doit pas surprendre. Prenant acte du gouffre qui s'est creusé entre le peuple et la classe dirigeante, il veut rassembler les élites mondialisées de droite et de gauche tout comme Marine Le Pen cherche à rassembler à la base les « patriotes » de gauche et de droite, à commencer par ceux qui appartiennent aux couches populaires et à la fraction des classes moyennes qui se sent aujourd'hui menacée de déclassement (et sans lesquelles il n'y a pas de majorité possible). L'usage que fait Macron du mot « progressiste » est, à cet égard, révélateur. Son ambition, à terme, est de créer un grand parti progressiste où se rassembleront, face à la « menace populiste », les tenants de tous bords de la mondialisation heureuse, de la soumission aux marchés financiers, des flux migratoires sans fin et du libéralisme hors-sol.

Qu'est allé faire François Bayrou dans cette galère ? Mystère. Bayrou, depuis sa jeunesse, est un grand lecteur de Barrès, de Simone Weil et, surtout, de Péguy. C'est à ce titre qu'il était intervenu, en janvier 2014, au colloque sur « L'actualité de la pensée politique de Charles Péguy », dont les actes viennent de paraître chez Privat. Il y expliquait ce qu'il devait à l'auteur de L'Argent  : « Il invite à ne pas hésiter à affronter les puissants, quelle que soit la puissance des puissants […] Chez les péguystes authentiques existe une propension, parfois excessive – je parle également pour moi –, à ne pas hésiter à braver les convenances, les interdits du conformisme […] Dans le péguysme, tel que je le vis, prévaut cette volonté de conserver cette ligne de conduite fondée sur l'engagement au service de ce qu'on ressent comme étant l'essentiel […] Cela amène naturellement à une attitude de vie dont l'une des composantes essentielles est l'intransigeance […] Le péguysme c'est, au nom de ce que l'on croit être essentiel, une absolue insoumission. » Aujourd'hui, Bayrou a rallié l'hologramme créé de toutes pièces qu'il dénonçait encore il y a quelques semaines comme un outil au service des « plus gros intérêts financiers ». Il s'est trahi lui-même. Bayrou chez Macron, c'est Péguy au CAC 40, Mère Teresa dans la Waffen-SS ou Nabilla au Collège de France !

Un pronostic sur le second tour ?

François Fillon ayant à mon avis peu de chances de se qualifier pour le second tour (son programme patronal séduit surtout les retraités), celui-ci devrait normalement opposer Marine Le Pen et Emmanuel Macron . Pour l'heure, c'est en tout cas le scénario le plus probable. Quant au résultat final, je ne m'aventurerai pas à le prédire. Je dirai seulement que, dans cette hypothèse, Marine Le Pen n'a de chances de l'emporter qu'à la condition de faire comprendre au plus grand nombre que ce second tour ne sera pas un vote pour ou contre le Front national, mais un référendum sur la mondialisation. Vous aimez la mondialisation ? Vous en voulez encore plus ? Votez Macron  !

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

Source : ‘Boulevard Voltaire'

Notre site/Home page