Merlin l'enchanteur.

Léon-Lef Forster.
L'avocat de Pasqua, qui fut aussi celui de Strauss-Kahn et de Dray, est un redoutable ferrailleur sous l'aimable faconde.

Le 4 mai 2010

Un matin, à l'entrée de la salle d'audience de la Cour de justice de la République. Des journalistes chargés de micros et de caméras s'approchent de Léon- Lef Forster. «Maître, maître, comment s'annonce l'audience ? Que va dire Pasqua ?»«Ecoutez, samedi j'ai vu les Naufragés du Fol Espoir au Théâtre du Soleil, c'était magnifique.»«Heu oui, mais» L' avocat s'engouffre dans la salle. Devant les bancs de la presse, il se fait boute-en- train . Face à une journaliste plongée sur son ordinateur : «Je ne résiste pas à cette femme ! Elle me fait penser à Christine Boisson.» Hum, c'est qui ? «Tu la connais pas ? Elle jouait Marie-Ange dans Emmanuelle.» Ah Durant les audiences, il s'improvise Sganarelle en portant silencieusement un gobelet d'eau à l'ancien ministre à la barre. «C'est de l'eau ?» fait Pasqua. Rires dans la salle. Un autre jour, c'est un mouchoir qu'il amène. «Je serais teeenté de dirrre que vous êtes un pèrrre pourrr moi», remercie l'ancien ministre. Rires encore.

Léon-Lef Forster a l'air de planer mais il est concentré. Pour Pasqua, il plaide deux heures sans notes. «Je suis très brouillon, prévient-il. J'improvise toujours.»«L'acoustique n'est pas bonne dans cette salle, lance-t-il à la Cour, badin. On comprend pourquoi Marie-Antoinette a été condamnée.» L'avocat prend possession de la salle, tonne, s'esclaffe. Jongle sur des points de constitutionnalité, sur l'intime conviction. S'approche des juges parlementaires, leur adresse certains messages ciblés qui ne passent pas inaperçus. Le résultat est là. Un an avec sursis. Deux relaxes sur trois. Inespéré. Dans la salle des pas perdus, Léon-Lef Forster se dit «soulagé». Léon-Lef Forster, c'est Merlin l'enchanteur. Il a, presque, blanchi Pasqua. Dix ans de boulot.

On l'attend à son cabinet à 16 heures. Il arrive à 18. Aux murs, des tableaux partout, petits et grands, en double ou triple rangées. Par terre aussi . Abstraits, figuratifs, art brut. Son bureau est un local de stockage. Il s'assoit, allume un cigare. «Tu veux un Toscano ?» Derrière lui, un long masque de sorcier. De part et d'autre du bureau, deux boucliers africains. Et puis, incongrue, la photo d'un lion qui rugit.

Dominique Strauss -Kahn est passé par ici avant de décrocher sa relaxe dans l'affaire de la Mnef et un non-lieu dans l'affaire Elf. Les nationalistes corses François Santoni et Jean-Michel Rossi aussi. Plus récemment, Julien Dray . Quelques vedettes parmi 6 000 affaires correctionnelles et 800 dossiers d'assises plaidés en quarante ans. Ça a commencé en mai 1972. Il est commis d' office pour le vol d'un panier de fraises. Sa première plaidoirie. «J'avais dit : "Si les Halles sont le centre de Paris, faites qu'elles en soient aussi le cur" C'était un peu pompier, mais le président m'a interrompu, en disant "bon ben, 100 francs d'amende".» Léon- Lef Forster était encore gauchiste.

Ses amis l'appellent Lef. «C'est mon prénom d'usage. En réalité, il s'écrit Lev, ce qui veut dire "cur" en hébreu, et "lion" en polonais et en russe. Je l'ai francisé en Lef , parce que ça fait liberté égalité fraternité.» Réfugiés juifs polonais arrivés à Paris avec une simple valise en mai 1946, les parents de Lef sont des rescapés. Raflée lors de la chute du ghetto de Cracovie, Ada, sa mère, a été sauvée d'Auschwitz parce qu'elle était sur la liste de Schindler. Heinrich, son père, a été libéré après avoir été détenu dans des camps dans l'Oural et en Sibérie après le pacte germano-soviétique. «Ils s'étaient rencontrés avant guerre, et la probabilité qu'ils se retrouvent était nulle. Je suis un miracle», fait Lef . Ada s'active alors dans un atelier de confection ouvert avec Heinrich, un numéro tatoué sur le bras . Mais le passé reste indicible. Depuis, Lef cherche la parole des femmes. Les premières qu'il «admire», les bonnes surs de son école maternelle, rue Saint-Sauveur, lui donnent le «prix de l'optimisme irréductible». Au lycée Voltaire, il devient libertaire. S'affronte aux fascistes d'Occident et «croise Longuet, Madelin, Devedjian» dans les batailles de rue. Il passe Mai 1968 « du côté des mouvements anars», «dans l'anonymat» . «Beaucoup d'actions ne sont pas à décrire», élude-t-il. Il commence une thèse sur la 1ère Internationale, «pour montrer que Bakounine avait raison et que Marx était un stalinien».

A cette époque, Léon-Lef Forster rencontre et épouse Caroline, avouée à la cour d'appel, avec laquelle il a deux filles, Lou, 22 ans, et Ninon, 21 ans. «J'ai fêté les 41 ans de vie commune avec ma femme, dit-il en souriant. La fidélité n'exclut pas d'admirer toutes les femmes.» Après avoir passé «par hasard» le certificat d'aptitude à la profession d'avocat, il se rapproche des féministes rencontrées au Mouvement d'action judiciaire (MAJ), vivier soixante-huitard d'avocats et de magistrats. Léon- Lef Forster défend des sans droits à Poissy, la Courneuve, ou les cités de transit de banlieue. Un  «constat d'échec» . «On s'est battus pour qu'on ne laisse pas dans l'illégalité les personnes d'origine étrangère et on a échoué. C'est la gauche, en 1981, qui a fait passer la situation irrégulière d'une contravention à un délit.»

Dans les années 1980, Léon-Lef Forster plaide pour certains militants d'Action directe, des braqueurs et des kidnappeurs. Après 1990, la vague d'affaires politico-financières lui amène ses premiers cols blancs, et quelques porteurs de valises socialistes. Certains sont francs-maçons. Il entre lui-même au Grand Orient, où il reste sept ans. «C'était lié à l'échec des combats isolés.» Il a «appelé à voter Mitterrand» en 1988, a voté Chirac en 2002, Royal en 2007. «Sans que ce soit un rejet de l'homme Sarkozy, mais plutôt un désaccord avec sa ligne politique .» Le débat sur l'identité nationale, entre autres. Mais il a évolué. L'ancien anar s'est laissé accrocher la Légion d'honneur par Jean-Louis Debré. «J'ai considéré que ça rendait hommage à mes origines. Je suis un français de première génération.» Et il reste aussi fidèle. «Il continue à défendre des sans-grade, gratos, raconte un ami avocat. Et il a un vrai dévouement pour ses clients, très affectif. C'est son humanisme qui le guide, plus que ses convictions.»

Certains amis grincent tout de même des dents en le voyant valider le processus électoral au Congo Brazzaville avec une brochette d'élus UMP, l'an dernier. «Il ne sait pas dire non.» Où va Léon- Lef Forster ? Pour Charles Pasqua, il guerroie face au juge Courroye avec une problématique de gauche en dénonçant les excès policiers et les gardes à vue subies par les hommes de l'ancien ministre. «C'était se battre pour la loyauté du processus judiciaire, dit-il. Pasqua a la certitude qu'il a été une cible», qu'on aurait cherché à l'écarter de la vie politique.

«La première qualité de l'avocat, dit Léon-Lef Forster, c'est d'être à l'écoute des autres, et des questions qu'ils se posent.» Justement, Léon-Lef Forster en a une : «Quand est-ce que vous remettez la rubrique des petites annonces érotiques dans Libé ?»

En 5 dates :

8 septembre 1947 Naissance à Paris.

1972 Plaide sa première affaire.

2001 Obtient la relaxe de Dominique Strauss- Kahn .

2008 Défend Julien Dray.

Avril 2010 Plaide pour Charles Pasqua devant la Cour de justice de la République.

Notre site