Brest: Grâce à la mairie socialiste, l'école coranique de l'imam salafiste ouvrira en juin.

Published On: Friday February 19th, 2016

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (19/02/2016) L'école coranique mise en chantier par le prédicateur radical “Rachid Abou Houdeyfa” ouvrira en juin, à la faveur du mois du “ramadan”. L'agitateur salafiste a reçu le soutien actif de la municipalité socialiste et du gouvernement afin que le projet aboutisse, malgré l'énorme mobilisation populaire.

Protégé par le PS brestois et le gouvernement français

L'imam autoproclamé Rachid El Jay – dit “Abou Houdeyfa” – est désormais connu pour ses prêches enflammés durant lesquels il menace notamment les enfants d'être “transformés en singes ou en porcs” si d'aventure ils écoutaient de la musique à la place du coran.

Une notoriété qui ne lui a pas aliéné le soutien politique de la mairie socialiste de Brest. Depuis de nombreuses années, la municipalité brestoise – dirigée par François Cuillandre – co-administre avec les salafistes l'enclave islamo-immigrée de Pontanézen où sévit le prédicateur. Les plans de l'école coranique ont ainsi été réalisés en étroite concertation avec les services de la ville.

Malgré les nombreuses irrégularités, l'administration judiciaire a assuré à l'intéressé la poursuite de son projet d'école coranique, conformément aux décisions secrètes du gouvernement central qui protège El Jay via la préfecture du Finistère.

L'école coranique prête en juin

Le chantier de l'école coranique est désormais bien avancé. Elle devrait être prête pour le mois de juin, date du “ramadan”, une fête propre aux mahométans.

Pour l'opinion publique et en concertation avec les autorités politiques, l'école coranique serait présentée en septembre à la faveur – on ne rigole pas – des “journées du patrimoine”.

50 000 signatures pour la fermeture de la mosquée

La mobilisation contre l'imam autoproclamé demeure très forte. Une pétition exigeant la fermeture de la mosquée salafiste recueille, à ce jour, près de 50 000 signatures ( voir ici ).

Les médiats se sont massivement intéressés aux activités de l'intéressé depuis le mois de septembre dernier et ont diffusé des extraits de ses prêches extrémistes. Sans pour autant que cela ne suscite de distanciation effective de la part de la municipalité brestoise ou du gouvernement central.

La radicalisation des masses afro-musulmanes pourra donc se poursuivre encore un temps, au gré des accords occultes existant entre les Frères Musulmans et le gouvernement français.

Des liens avec l'organisation islamiste Barakacity

Rachid Abou Houdeyfa, outre ses liens avec un ancien soutien du GIA algérien Amar Lasfar ( voir ici ), est un proche de l'association “Barakacity”. Cette organisation salafiste participe au travail politico-idéologique dans les zones où les Frères Musulmans entendent s'infiltrer, comme en Syrie ( voir ici ).

Récemment, le président de cette organisation – Sihamedi Idriss – s'est distingué lors d'un passage à la télévision française en se disant gêné du fait qu'on lui demande de condamner les exactions de l'État Islamique ( voir ici ).

Source: 'Breiz Atao'

Notre site