Monsieur 12%

88% des Français ne veulent plus de cet homme, élu Président de la République par défaut, par faillite d'un système.

Par Floris De Bonneville

Le 6 avril 2016

Le temps d'un voyage et le retour s'annonce aussi morose que les quatre dernière années. Il y eut Molenbeek , les manifestations contre la loi El Khomry au cours desquelles des jeunes gens si peu épris d'études avaient incendié, bastonné les policiers sans que ceux-ci puissent répliquer. Ces jeunes gens tout de noir vêtus que Valls tient à conserver de par-devers lui pour je ne sais quelle obscure raison. Il y eut ce malheureux jeune policier insulté et enfariné par un lycéen pour qui l'autorité, visiblement, n'avait aucune valeur et qui s'est retrouvé en garde à vue pour un malheureux coup de poing. Il y eut aussi, sur le plan économique, la poursuite infernale d'un chômage qui n'arrête pas d'augmenter. Plus de dix millions de Français sont désormais sans emploi. Un record absolu. Puis ces « Panama Papers  » qui citeraient deux membres du FN mais surtout pas le trésorier de la campagne du candidat socialiste..

Il y a surtout la calamité d'un homme qui s'accroche à son siège doré malgré 12 % d'opinion favorable. Traduction : ce sont en fait 88 % des Français qui ne veulent plus de cet homme, élu président de la République par défaut, par faillite d'un système, par erreur dont la France paiera pendant encore longtemps l'élection.

Je m'étonne d'ailleurs qu'à ce stade, les sondeurs trouvent encore 12 % de Français croyant encore en François Hollande. Pour nous, lecteurs de Boulevard Voltaire, cela paraît surréaliste.

Je l'écoutais encore hier, dans la cour des Invalides, hachant sa lecture d'une épitaphe adressée à la dépouille d'Alain Decaux dont il a osé dire, et sans frémir, que la religion de cet immense historien, c'était la République. Car selon Sa Majesté François, il ne peut exister d'autres religions que la sienne, celle qu'il préside, celle dont il est le dieu incarné.

Il faut croire, d'ailleurs, qu'il se croit au-dessus de tous puisque, enfermé dans sa tour d'ivoire, il projette d'aller à la rencontre du peuple, de son bon peuple, celui dont il refuse de croire qu'il ne l'aime pas ou plus. Ses conseillers en com ' lui auraient préparé une tournée discrète pour aller convaincre, un par un, que lui seul peut, à gauche, remporter la prochaine élection.

Bon vent, Monsieur Hollande. Ne craignez rien des mauvais citoyens : ils auront été isolés le temps de votre visite, comme vos services de sécurité savent si bien faire, afin que seuls vos 12 % de supporters puissent vous acclamer.

Source: 'Boulevard Voltaire'

Notre site