Offensive désinformation:
la guerre froide recommence

https://fr.sott.net/image/s18/367379/large/file6svjkth4q3rg3cgu31x.jpg

Vendredi   30 déc. 2016

Contraints de reconnaître que Moscou gagne la «guerre de l'information», les politiciens européens crient à la désinformation qui est, selon eux, une arme au cœur de la nouvelle doctrine militaire russe, dont l'objectif consiste à «faire dérailler les processus démocratiques» en Occident.

Affolés, des experts européens préviennent qu'après l'Ukraine, les États européens sont de plus en plus menacés par les campagnes de désinformation pilotées par le Kremlin, alors que les médias occidentaux n'hésitent pas à rendre la Russie responsable de l'essor du populisme tant en Europe qu'aux États-Unis.

Ainsi, la chancelière allemande Angela Merkel a récemment fustigé l'émergence de faux sites d'information et de « trolls » qui favoriseraient l'essor du populisme.

« Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, celle de la guerre de l'information. La Russie a pris les devants. Il est temps que nous en prenions conscience pour rattraper notre retard », met en garde une source proche du QG bruxellois de l'OTAN, dont les propos sont repris par le quotidien suisse Le Temps.

Plusieurs acteurs européens de la sécurité ne doutent pas un seul instant que la Russie est à l'origine de tous les malheurs qui s'abattent sur l'Europe et les États-Unis ces derniers temps. Ils fustigent « la diffusion de fausses informations ou de théories du complot de la part des télévisions et des sites Internet financés par le Kremlin, principalement RT et Sputnik ».

L'élection de Donald Trump a eu l'effet d'un électrochoc, et les services secrets européens redoutent une répétition du scénario de la présidentielle américaine en Europe en 2017. La menace russe y est prise très au sérieux, la sonnette d'alarme est tirée pour avertir, entre autres, du piratage des systèmes informatiques des partis politiques par les hackers russes.

Le Parlement européen ne reste pas lui non plus étranger à ces mises en gardes massives face à la « perfidie de la Russie » et vote une résolution dénonçant la « propagande hostile de Moscou ».

Par ailleurs, un groupe d'eurodéputés ont même adressé une lettre à la chef de la diplomatie de l'UE, Federica Mogherini, pour insister sur la lutte sans merci contre les réseaux d'influence russes dans les médias et la société civile qui seraient « financés à hauteur de 200 millions de dollars par des fonds illicites ». Certains analystes en Occident, dont le directeur du Centre des communications stratégiques de l'OTAN, Janis Sarts, parlent même de la fameuse « doctrine Gerasimov », du nom du général Valeri Guerassimov, chef d'état-major des forces armées russes et vice-ministre russe de la Défense, qui vise, selon eux, à « affaiblir l'immunité morale face à la propagande », ainsi qu'à « réduire la confiance dans les sources du savoir » des sociétés occidentales.

« Avec des médias traditionnels, les réseaux sociaux, des SMS et des trolls, la Russie, comme l'État islamique, tente de décrédibiliser les processus démocratiques », affirme M. Sarts avec le plus grand sérieux.

Source : ‘Sott.net'

Notre site/Home page