Censure socialiste: le site de Breizatao
déréférencé de Google France 

http://breizatao.com/wp-content/uploads/2016/07/francois-cuillandre-salue-le-depart-de-lhermione.jpg

BREIZATAO NEVEZINTIOU (30/03/2017) Notre site d'information, « Breizatao.com », a été déréférencé en intégralité de « Google France », premier moteur de recherche utilisé en langue française.

L'individu à l'origine de cette décision « judiciaire » politique en réalité est le ressortissant algérien Amine Ameloune, lié à la mosquée de l'imam salafiste Rachid Abou Houdeyfa.

Suite à la parution d'un article faisant état de ces liens ( lire ici ), l'intéressé a tenté de faire déréférencer de Google France cette information. Lors d'un référé en date du 15 décembre 2016, l'algérien précité a évoqué l'habituelle litanie antiraciste pour détourner l'attention et exiger ce déréférencement. Hors l'article précité ne comporte rien de cette nature mais Ameloune a senti le vent du boulet.

Autre demande de déréférencement sur Google France, le cas de Nassim Benantar. Neveu d'un pionnier du djihadisme lié au GIA algérien, il a été récemment condamné à Brest pour un vaste trafic de drogue qu'il supervisait. Une peine très légère au demeurant. Nous avions été les seuls à préciser l'identité de l'intéressé et le passé djihadiste de la famille Benantar ( lire l'article ici ).

En substance, Google France a activement procédé à la protection de Nassim Benantar sur pression du gouvernement via l'appui habituel de la magistrature.

https://s21.postimg.org/4gwfzovrb/Screenshot_74.png

Ameloune cependant et contrairement à la loi comme à l'usage sur Google France ne s'est pas limité à demander le retrait de l'article le concernant mais bien de la totalité de « Breizatao.com ».

Mais, maladroitement, c'est le journal socialiste Le Télégramme proche du maire de Brest François Cuillandre et de ses inavouables relations avec les salafistes de Brest qui vendait la mèche. Paru le 22 novembre 2016 près d'un mois avant le référé le plumitif aux ordres Hervé Chambonnière citait les magistrats engagés dans le combat contre BREIZ ATAO ( source ) :

La chancellerie a également planché sur l'interdiction du site web créé par le blogueur breton. Celle-ci s'avère impossible. L'hébergeur du site a été localisé à Houston (Texas), aux États-Unis. Celui-ci n'a répondu à aucune des sollicitations de la justice française. Il peut d'ailleurs se retrancher derrière le 1er amendement de la Constitution américaine, qui garantit la liberté d'expression. L'hypothèse d'un blocage administratif du site n'est pas davantage envisageable : cette mesure n'est réservée qu'aux seuls cas de terrorisme et de pédopornographie.

En effet, notre site est légal. Et ce malgré les lois terroristes déjà en place. Il poursuivait :

Resterait une possibilité : engager auprès des moteurs de recherche une procédure de demande de déréférencement du site (et du blocage de son contenu via le fournisseur d'accès). Les liens pointant vers le site ne seraient plus accessibles, ce qui en limiterait la fréquentation (entre 300.000 et 780.000 visites mensuelles, d'une minute en moyenne, ces six derniers mois, dont 9,5 % en provenance de moteurs de recherche). Cette solution serait actuellement « à l'étude».

Donc le gouvernement français étudiait en novembre le « déréférencement » de notre site. Dans le but affiché d'empêcher le public d'y accéder. Le même gouvernement qui accuse la Russie d'entraver la liberté d'informer.

En décembre, un Algérien lié à la nébuleuse salafiste de Brest posait un référé non pas sur l'article le concernant mais sur le site en son entier.

La conclusion est évidente : les coups portés aux salafistes de Brest et à leur réseau financier dont les noms ont toujours été couverts par Le Télégramme pose un problème politique éminent à la clique socialiste brestoise.

Et qui est désormais Garde des Sceaux : Jean-Jacques Urvoas, socialiste originaire de Brest et député de Kemper (Quimper).

Ces tentatives cependant seront sans effet. Et le Parti Socialiste sera détruit en Bretagne, conformément à ce que nous avons déjà annoncé dans ces colonnes.

Notre site/Home page