Liberté pour la dissidence!

Liberté pour Boris Le Lay ! Et que crève cette dictature de la pensée unique !

Par Yann Vallerie

Le 24 avril 2016

Boris Le Lay, animateur du site Breizatao.com, vient d'être condamné par la justice à deux années de prison ferme pour incitation à la haine raciale, pour un article visant le vice-procureur du tribunal de Quimper.

Un mandat d'arrêt a été émis à son encontre et fait suite à une condamnation, l'an passé, à 6 mois de prison ferme pour avoir écrit qu'il n'existait pas de « Celtes noirs » .

Boris Le Lay a été jugé en son absence, sans même pouvoir être représenté par un avocat. Il est, en effet, exilé à l'étranger afin de fuir la répression politique qui s'abat sur lui. 

Quelle que soit la teneur des propos tenus par ce blogueur important de la dissidence, cette décision d'enfermer, deux années durant, un homme pour des écrits est ahurissante .

Le pire étant, bien entendu, le silence de toutes les belles âmes qui se proclamaient Charlie, crayon ou autre Bataclan et qui se répandaient en donneurs de leçons garants de la liberté d'expression.

Certains d'entre eux se félicitent même. On pense à l'élue d'extrême gauche brestoise, Julie Le Goïc , qui se fend sur Twitter d'un « Oh Yeaahh  » à l'annonce des deux ans ferme.

Étonnantes réactions, venant d'une gauche qui a passé ces dernières années à tout faire pour que les délinquants de droit commun échappent le plus possible aux lourdes peines de prison.

Étonnant message que celui de la justice adressé aux Français, une justice qui relâche un violeur récidiviste pour une erreur administrative ou une faute de frappe dans une procédure, mais qui veut enfermer un blogueur pour un écrit dissident.

Car en condamnant Boris Le Lay à deux années de prison ferme avec mandat d'arrêt, le message est clair : cassez, volez, agressez, violez, tuez même. Si vous n'êtes pas dissident, si vous n'êtes pas suspecté du crime ultime de pensée raciste (c'est-à-dire, en réalité, de défense des siens avant les autres), la justice française trouvera toujours le moyen de vous faire sortir rapidement de prison, et nos belles âmes vous trouveront toutes les excuses et les possibilités de réinsertion possibles .

Si, en revanche, il vous venait à l'esprit d'être dissident, d'écrire, de mobiliser, de militer contre ce régime autoritaire qui s'est installé en France, alors préparez-vous aux foudres impitoyables de la justice, au lynchage médiatique, et n'attendez aucune rédemption possible.

Qu'on partage ou pas les analyses de Boris Le Lay, la dissidence se doit de le soutenir. Car demain, à moins de rentrer dans le rang, ça sera moi et ça sera vous, ce seront tous les dissidents politiques qui seront embastillés pour avoir simplement dénoncé les fléaux qui ravagent la société dans laquelle nous vivons aujourd'hui.

Liberté pour Boris Le Lay ! Et que crève cette dictature de la pensée unique !

Source: 'Boulevard Voltaire'

Notre site