L'Europe sans les Européens (Wake up or die).

Près d'un million de naissances en moins par rapport à 1980. L'avortement est, avec le cancer, la première cause de mortalité en Europe.

C'est un rapport terrifiant qu'à présenté le 7 mai 2009 au Parlement européen l'Institut de Politique Familiale (IPF) sur L'évolution de la famille en Europe et dont on peut lire l'intégralité ici dans une traduction en français d'Isabelle Cousturié. En voici les principaux points :

- Entre 2000 et 2007, la population de l'union européenne a augmenté de 14,2 millions de personnes, mais 84% de cette croissance (12 millions de personnes) serait dû à l'immigration. Ainsi pour exemple, l'Italie qui connaît une croissance naturelle négative de -0,2% million de naissances, a compensé son déclin sur le plan numérique par 3 millions d'immigrés.

- Malgré l'arrivée de tous ces immigrés dans les divers pays de l'union, il est prévu que la population européenne commence à baisser à partir de 2025.


Les moins de 14 ans étaient 94 millions en 1980, à peine 74 millions en 2007. Ce qui représente une perte nette de 20 millions de jeunes.

- Quant à l'évolution de la natalité, la situation est dramatique : en 2007 l'Union européenne comptait près d'un million de naissances en moins (920.089) par rapport à 1982. En Europe, l'indice de fécondité, qui est de 1,56 enfants par femme, reste considérablement inférieur au niveau de renouvellement des générations (2,1 enfants/femme).

- Chaque année, notre continent enregistre, du seul fait de l'avortement, une baisse de population égale à la totalité d'un pays comme la Slovénie ; c'est-à-dire qu'un enfant sur cinq conçus (20%) ne voit pas le jour. Sur 6.390.014 grossesses en 2004, 1.167.683 se sont terminés par une IVG, les pays les plus touchés étant la France, l'Angleterre, l'Italie, l'Allemagne et l'Espagne.

Face à ce sombre tableau, que font les institutions européennes ? Rien.

« Parmi les 95 livres verts écrits depuis 1984 par les fonctionnaires de l'union, aucun ne traite de la famille » et « bien que la commission européenne comprenne 5 vice-présidents et 21 commissaires, aucun d'entre eux ne daigne s'occuper de la famille », déplore l'Institut IPF. Plus noir présage encore, l' « Observatoire européen des affaires familiales » a été fermé en 2004. S'est substitué à lui un « Observatoire de la démographie et de la situation sociale » qui semble s'intéresser essentiellement aux immigrés non-européens. Signe que si l'union se désintéresse de la natalité européenne, elle apporte en revanche un soin tout particulier à développer celle d'autres peuples.

Source : Résistance Blanche.

Français ! Connaissez votre ennemi.

Cette vieille sorcière est toujours présentée comme la femme la plus populaire de France. Oui, mais populaire auprès de qui ? Réveillez-vous. Ou mourez.

Notre site