Allemagne: l'Etat vole toujours plus
d'enfants dans la violence

23 avril, 2016

Ce 21 avril 2016 après 20 heures, vous êtes à table en train de souper avec votre enfant. Soudain ça hurle à votre porte et sonne de manière agitée. Vous entendez hurler des ordres, « ouvrez la porte ! Polizei  ! ». Vous n'avez pas le temps de réagir que votre porte d'entrée est défoncée par la police qui est accompagnée d'agents du Jugendamt . Voilà ce que la population allemande subit 24 h sur 24 dans l'indifférence totale des média et des élites européennes. Nous avons reçu un nouveau témoignage d'une mère allemande dont son fils, Tobias Kucharz , âgé de 12 ans, a été hier enlevé à Kaiserslautern par la police et les agents du Jugendamt dans une violence digne des films sur la Gestapo ou sur la Stasi.

Un peuple sous la répression totale. Cela fait plus de 15 ans maintenant que j'observe les vols des enfants en Allemagne. Rien ne change depuis le début de mes recherches où j'avais rencontré en 2000 un groupe de parents silencieux en train de faire une manifestation à Berlin tenant dans leurs mains des photos de leurs enfants disparus-volés par la police et le Jugendamt -avec le nombre de jours inscrits sous la photo. Ces parents étaint silencieux. Leur silence je ne le comprenais pas. La police cherchait une excuse pour les arrêter… Alors le silence était leur seule arme. Les personnes, qui ne connaissent pas encore ce sujet, ont du mal à y croire. Là, on s'imagine tout de suite que si la police intervient dans une famille, c'est q'il y a une raison très grave qui le justifie. Mais cela est très souvent faux en Allemagne. Les arrestations et les vols des enfants répondent à un mécanisme idéologique et commerciale voulue par la politique de ce pays. Le Jugendamt , machine à sous et à contrôler les familles fondée avec l'arrivée de l'industrialisation (pour voler les enfants des pauvres et des ouvriers polonais ou russes), utilisé sous le 3ème Reich pour voler et germaniser des milliers d'enfants avec le Lebensborn , intensifie aujourd'hui les vols des enfants sous les ordres de la politique allemande et des experts de la petite enfance. Les médecins, les psychologues, les psychiatres, les sages-femmes, les assistantes sociales, les enseignants, les directeurs et directrices d'école, le personnel des maternelles, travaillent avec la police pour effectuer les signalements et dénoncer ! La justice allemande ne reconnaît pas les décisions de justice des autres pays et changent sans décision de justice les actes de naissance des enfants nés dans un autre pays. Les élites françaises sont informés de cette situation mais elles ne font rien. Plus de 400 enfants sont retirés par jour en Allemagne à leurs parents dans la violence par la police et le Jugendamt ! Le Jugendamt avec la police écrase des milliers de vies, détruisent des familles, tuent des enfants et des parents !

Tobias Kucharz 12 ans hurle ! C'est Tobias, il a 12 ans et il vit avec sa mère dans une maison à Kaiserslautern. Il est un peu différent des autres enfants dans sa manière de penser mais il est normal. « Tobias est plus sensible que les enfants englués dans la masse », dit sa mère. Tobias a manqué à plusieurs reprises l'école. Tobias se sent mal traité par les autres enfants à l'école et préfère apprendre à la maison. Les psychologues et les enseignants ont déclaré Tobias atteint d'une maladie nommé ADS (maladie imaginaire). Son enseignante a signalé le comportement de la famille au Jugendamt . Tobias serait un enfant agité qui n'arriverait pas à se concentrer en cours. Voilà la raison de l'intervention de la Polizei et du Jugendamt ce 21 avril 2016 vers 20 heures chez lui. Des milliers d'enfants sont catalogués ADS en Allemagne sans raison valable. L'objectif est de trouver une raison pour les voler à leurs parents et les placer dans un centre pour enfants. Derrière cette idée se trouve un modèle économique géant et aussi l'idée de détruire les familles. L'objectif est de rééduquer les enfants et de faire de l'argent avec. Les enseignants collaborent avec la police et le Jugendamt et dénoncent les familles ! Ceux qui critiquent la politique officielle ou les chômeurs sont touchés. Les lecteurs, qui ne connaissent pas le sujet, pensent à un récit digne de la science-fiction. En 2000, au début de mes recherches, je pensais que les parents, qui manifestaient, étaient des fous ! Comment imaginer qu'une telle situation puisse exister aujourd'hui dans un pays en Europe ?

Dans une première vidéo nous voyons la police rentrer dans la maison. Les policiers ont une allure martiale et une voix de Gestapistes. La police (on voit aussi un jeune policier qui a peine 24 ans) donne des ordres à la famille dans sa maison, “où est notre ami ?”. La tante doit dire “en haut”. La police monte l'escalier. Dans la chambre de l'enfant se trouve la maman. La police la pousse et lui hurle, “quittez le terrain ! sinon nous vous amenons en prison !”. La mère est obligée de partir sous la menance . Le policier hurle “ Platzverweis ” qui veut dire “ordre de quitter l'endroit sinon c'est l'arrestation immédiate”. On entend Tobias hurler de peur, “laissez moi, je ne veux pas partir …”

Dans cette vidéo violente nous voyons la police allemande menotter Tobias aux mains et aux pieds en l'écrasant de leur corps et l'empêchant de hurler. Tobias hurle, appelle à l'aide sa maman. « Maman ! Aide moi »…. mais sa maman lui dit, « je ne peux rien faire mon chéri ! ». Si la mère l'aide la police va aussi mettre les menottes à la mère et elle risque d'être internée d'office en psychiatrie. Je connais de nombreux cas similaires. Cette vidéo enregistrée par la sœur de la maman permet d'apporter un témoignage sur la violence qui a lieu au quotidien en Allemagne.

L'Allemagne, qui vante le bien-être ( Kindeswohl ) de l'enfant et le respect de sa volonté ( Kindeswille ), ne respecte en rien le bien être de l'enfant et surtout pas sa volonté. Dans cette vidéo Tobias hurle et dit « je ne veux pas quitter ma maman ». La police et le Jugendamt ne respectent pas son souhait ! Pourtant la justice allemande use des mots Kindeswohl et Kindeswille pour voler les enfants aux parents.

L'Allemagne, pays occupé par l'OTAN, n'est pas un Etat souverain. Les citoyens allemands qui dénoncent l'occupation de leur pays par l'OTAN reçoivent la visite de la police et perdent leurs enfants. Le même système employé durant la Gestapo et sous la Stasi est actuellement en fonction. Regardez la vidéo pour tenter de comprendre la réalité allemande aujourd'hui. Plus de 400 enfants par jour subissent le même sort en Allemagne !

Source : NOVOROSSIA TODAY

Notre site/Home page